Programme

affiche-final

#1 SOIRÉE D’OUVERTURE / mardi 4 octobre / Le 108

18h30 / Espace du Bol
Vernissage de l’exposition Au fil des images présentée par le collectif orléanais de photographes XpoZ.
Ouverte au public du 4 au 29 octobre, elle présente le travail de trois photographes autour de la nuit : Carlos Ayesta, Guillaume Bression et Olivier Brossard.
www.xpoz-asso.fr

20h30 / Salle C11
Projection de quatre courts-métrages proposés par Cent Soleils.

La nuit, c’est le temps des enfants qui rêvent et qui grandissent ; le temps des adultes noctambules qui portent un regard sur eux-mêmes, ou sur l’humanité.

À PART ÇA… LA NUIT JE M’ENNUIE… Claude Ventura et Anne Andreu / France / 1982 / 9’
Dans sa voiture éclairée par la lumière blafarde des réverbères, Dutronc, oiseau de nuit blasé et ironique, répond à des questions pré-enregistrées sur un magnétophone.

LES MAINS NÉGATIVES  Marguerite Duras / France / 1979 / 14’
Sur les images d’un Paris désert à l’aube, la voix de Duras raconte comment les premiers hommes dessinaient dans les grottes le contour de leurs mains. Une ode sonore et visuelle à l’humanité et à tous ses exclus que le jour n’a pas encore forcés à disparaître.

LA PREMIÈRE NUIT  Georges Franju / France / 1958 / 19’
Un garçon de dix ans s’aventure pour la première fois dans le métro pour suivre une petite camarade d’école dont il est épris. Histoire d’une double nuit : celle du labyrinthe du métro et celle du rêve d’un enfant amoureux.

DIX MINUTES DE VIE  Herz Frank / Lettonie / 1978 / 10’
Une idée simple : filmer en gros plan le visage d’un enfant pendant un spectacle de marionnettes. Les émotions alternent à une si grande vitesse, qu’en dix minutes, on pressent toute une vie.

premnuitpcphoto du film La première nuit, d’Eva Tourrent

#2 LA NUIT PRÉPARE LE JOUR
► jeudi 6 octobre – 20 h / Le 108 – salle C11

Au travers de leurs espoirs et de leurs désillusions, les travailleurs de nuit incarnent un certain reflet de la société.

SUSPENDU À LA NUIT  Eva Tourrent / France / 2014 / 23’
En présence de la réalisatrice
Chaque nuit d’hiver, Guillaume parcourt la montagne sur sa dameuse pour redonner forme à la neige et effacer les traces des skieurs de la journée. Seul dans sa cabine, il lui faut inventer sa route.

NUIT DE POUSSIÈRE  Ali Hazara / Afghanistan/France / 2011 / 20’
Ombres par les ombres, les balayeurs de nuit de Kaboul déplacent une lourde poussière le long d’une avenue : leur métier sisyphéen en dit long sur l’état du pays.

suspendu03couleurphoto du film Suspendu à la nuit, d’Eva Tourrent

#3 LA NUIT INFINIE
► vendredi 7 octobre – 20h30 / Le 108 – salle C11

Celui qui ne voit pas vit dans une nuit infinie, pour autant, être aveugle condamne-t-il à être absent au monde ?

IN THE DARK  Sergueï Dvortsevoy / Russie / 2004 / 40’
Un vieil aveugle vit seul avec son chat. Pour s’occuper, il fabrique des filets à provisions qu’il sort parfois offrir aux passants. Par la fenêtre, lui parviennent les sons des rues de Moscou, qui l’accompagnent dans sa solitude quotidienne.

L’ENFANT AVEUGLE  Johan van der Keuken / Pays-Bas / 1966 / 29’
À l’âge de la puberté, Herman Slobbe doit se débattre avec son environnement pour se frayer un chemin. Herman se saisit du micro, et par là-même devient le reporter du film. En posant la question « qu’est-ce que voir ? », le réalisateur s’interroge en filigrane sur l’essence du cinéma.

enfaveugle02couleur        photo du film Herman Slobbe, de Johan van der Keuken

#4 CRÉPUSCULE
► lundi 10 octobre – 20h / Cinéma Les Carmes

LA NUIT ET L’ENFANT  David Yon / France/Algérie / 2015 / 60’
En présence du réalisateur
Une nuit se prolonge sur les hautes steppes de l’Atlas. Après les guerres, sur cette terre où résonne en l’écho d’une menace, Lamine marche autour de « la mare blanche ». Un enfant, à la présence rassurante l’accompagne. Que fuient-ils ensemble ?

la-nuit-et-lenfant_still7photo du film La Nuit et l’enfant, de David Yon

► INFOS PRATIQUES