Filmer la danse

Manifestation culturelle initiée par Cent Soleils

du 23.09.2014 au 10.10.2014

EN PARTENARIAT AVEC

le Centre Chorégraphique National d’Orléans, la Scène Nationale d’Orléans, Radio Campus Orléans, la Médiathèque d’Orléans et le 108.

Entrée  libre. Réservation conseillée au 02 38 53 57 47 (cent soleils).
Pour la soirée du 27 septembre au CCNO, réservez au 02 38 62 41 00 ou par mail : reservation@josefnadj.com

Depuis 2001, CENT SOLEILS mène un travail régulier de découverte, de diffusion du documentaire de création, genre cinématographique peu présent dans les salles de cinéma ou sur les écrans des chaînes de télévision « grand public ».

Chaque année, nous proposons une programmation régulière de films à Orléans dans différents lieux de diffusion avec aussi des temps forts qui nous permettent d’approfondir une thématique. En 2012, c’était « Rockumentaire » qui avait pour objectif d’explorer le monde du rock à travers le cinéma documentaire d’auteur et de montrer comment le rock est un reflet de la société. En 2013, nous décidions de travailler autour du cinéma expérimental avec « Expérimentation du documentaire ».

En 2014 nous nous intéressons à l’univers de la vidéodanse.

Cette programmation explorera de nouveaux territoires cinématographiques.

La vidéodanse est souvent considérée comme une archive, une mémoire de la danse chorégraphiée mais c’est aussi un nouvel espace créatif qui donne naissance à des objets hybrides qui entremêlent l’art de la danse et l’art de filmer.

Bien plus que des captations ou de purs documentaires, les films programmés sont des créations artistiques, des collaborations entre un chorégraphe et un vidéaste.

Filmer la danse c’est d’abord questionner le rapport à la caméra et donner une forme nouvelle en image. La danse et la vidéo ont leurs propres règles d’écriture. Deux langages complexes qui communiquent ensemble et déploient « d’autres règles, d’autres codes, une autre grammaire »[1] pour rassembler un vocabulaire gestuel et filmique. « La danse filmée apparaît comme une forme hybride où deux modes d’écriture se superposent et se combinent ».[1]

Comment le documentaire s’empare de cette réalité sans passer par la captation ? Comment s’emparer de l’image pour donner à voir des formes plastiques inattendues et hybrides ? Comment un réalisateur travaille avec un chorégraphe ? Comment le documentaire radiophonique nous parle de la danse ?

Il n’est pas rare de voir des chorégraphes passer à la réalisation et créer la danse pour l’image.

Filmer reviendrait-il aussi à chorégraphier ?

[1]  « Danse et cinéma » des éditions Capricci

 


 

MARDI 23 SEPTEMBRE 2014

20h au 108 – Ouverture

PROJECTION de films courts

En présence de Franck Boulègue et Marisa C. Hayes,

codirecteurs du Festival International de Vidéo Danse de Bourgogne.

La soirée sera organisée atour d’une sélection non exhaustive de films courts datant de 1945 à nos jours. Cette proposition a pour but de susciter un échange entre le public et nos deux invités sur la question de filmer la danse.

LA CHAMBRE de Joëlle Bouvier (1988, 7min30)

PAS DE DEUX de Norman McLaren (1968, 13min)

A STUDY IN CHOREGRAPHY FOR CAMERA de Maya Deren (1945, 2min30)

ERE MELA MELA de Daniel Wiroth (2001, 6 min)

ANNONCIATION de Preljocaj (2003, 23 min)

QUELQUE PART (COMME SI) de Marc Guérini (2007, 18min)

46BIS de Pascal Baes (1988, 3min15)

DERNIER PAYSAGE de Joseph Nadj (2006, 5 min)

annonciation

VENDREDI 26 SEPTEMBRE 2014

19h30 au 108 – Apéraudio

En partenariat avec Radio Campus Orléans

 En présence de Claude Sorin, chorégraphe et chercheuse.

ÉCOUTE radiophonique « Les voix de la danse »

Écouter la danse, pour mieux faire entrer l’auditeur dans le studio de danse, comprendre les enjeux d’une création et les questionnements d’un chorégraphe dans une proximité que seul le son permet. Un montage d’archives sonores est proposé dans le cadre d’une écoute collective accompagnée par Claude Sorin. L’auditeur traverse une expérience sensible et singulière.

Durée approximative de 35 minutes.

Ce programme a été élaboré dans le cadre du studio d’écoute « Les voix de la danse » par Claude Sorin et l’équipe de l’INA.

 lesvoixdeladanse

 SAMEDI 27 SEPTEMBRE 2014

20h au CCNO

SOIRÉE THIERRY DE MEY

 En présence de Charlotte Imbault, critique de danse

Réservation conseillée par mail reservation@josefnadj.com

Thierry de Mey, musicien, cinéaste et compositeur de musiques de danse contemporaine. A collaboré avec Anne Teresa De Keersmaeker, Wim Vandekeybus et sa sœur cadette Michèle Anne De Mey. C’est en 1984 qu’il commence à s’intéresser au rythme et au geste avec la réalisation du documentaire « Floréal ». Rigoureux et d’une méticulosité extrême, sa préoccupation centrale reste le mouvement. Thierry de Mey est artiste à Charleroi Danses, Centre chorégraphique de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

charleroi-danses

FLORÉAL (1984, 15min52)

LOVE SONNETS (1994, 30min12)

ONE FLAT THING, REPRODUCED (2006, 26min)

DOM SVOBODE (2000, 5min16)

OFTR-Th.DeMey-web

 MERCREDI 1er OCTOBRE 2014

20h à la Scène Nationale d’Orléans

IN SITU « MOUVEMENTS INTÉRIEURS »

Projection de LA BAGNE

documentaire de Maud Martin (2013, 57 min)

  En présence de la réalisatrice Maud Martin

« Printemps 2011, Bernardo Montet monte sa nouvelle pièce « Des Hommes », inspirée du « Bagne » de Jean Genet. Durant les deux mois de création je filme les danseurs au travail.
C’est une pièce difficile qui s’écrit petit à petit sur la base des improvisations des danseurs. Bernardo Montet ne les ménage pas et leur demande de se mettre chaque fois un peu plus en danger. Entre répétitions collectives et entretiens individuels, je fais le voyage avec eux pour tenter de comprendre ce que danser signifie pour cette communauté éphémère et intense. » Maud Martin.

 bagne

JEUDI 2 OCTOBRE 2014

18h30 à la Médiathèque d’Orléans

IN SITU « MOUVEMENTS INTÉRIEURS »

Projection de RAIN

documentaire de Olivia Rochette et Gerard-Jan Claes (2012, 80 min)

Sollicité par l’Opéra de Paris, Anne Teresa De Keersmaeker s’engage à mettre en scène « Rain » création de danse contemporaine de 2001 avec les danseurs classiques de l’Opéra. Les cinéastes suivent le processus, des répétitions à la première représentation. Un documentaire poétique à propos de la recherche, du regard et du doute au sein de l’espace parfois oppressant de l’Opéra.

rain

VENDREDI 10 OCTOBRE 2014

20h – au bassin du Théâtre d’Orléans

PERFORMANCE DANSÉE de la compagnie Éponyme, le cinéma inspirant la création chorégraphique.

La compagnie Éponyme propose une performance in situ à partir du documentaire SAN CLEMENTE de Raymond Depardon.

Les danseurs composent avec une superposition d’images réelles et d’images documentaires. L’espace est constitué d’errances, d’immobilités ; les corps imprévisibles sont saturés de mouvements, de contrastes. L’accumulation évoque une illusion de la réalité. Mais que regardons-nous ? Le visible est le plus souvent une représentation mentale, donc un fantôme.

Sur une idée de Karine Vayssettes, chorégraphe de la Cie Éponyme

compagnie-eponyme.fr

 


 

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

 ENTRÉE GRATUITE

Réservation conseillée au 02 38 53 57 47 ou par mail centsoleils@imagesdupole.org

 LIEUX à Orléans :

CCNO : Centre chorégraphique National d’Orléans au 37 rue du Bourdon Blanc

Le 108 : 108 rue de Bourgogne

La Scène Nationale d’Orléans : Théâtre d’Orléans

La médiathèque d’Orléans : Auditorium au 1 place Gambetta

 CONTACT :

Association Cent Soleils, Céline Bernardo

108 rue de Bourgogne, 45000 Orléans

+33 (0)2 38 53 57 47

celinebernardo@imagesdupole.org


 

PARTENAIRES :

CCNOSNO

eponyme 108cnd

SOUTIENS :

drac   region_centre    mairie  credit-mutuel