Archives par mot-clé : rencontre

SOIRÉE CINÉ-CONCERT VENDREDI 08/06/18

A PARTIR DE 19h au 108 !

en partenariat avec DÉFI

1#  LE BEFORE DE DÉFI

19h / 21h

=> Concert / programmation en cours …

2# TOUKI-BOUKI

De Djibril Diop Mambety

22h /   ∼ 23h30 :

Sénégal | 1973 | 110 minutes | 16 mm | couleur

Il y a du Pierrot le fou dans ce film du Sénégalais Djibril Diop Mambety du rouge sang du bleu mer. De l’allégresse, du rythme… et une moto à cornes, celle du héros, Mory, qui voit son troupeau décimé à l’abattoir. Avec sa Triumph Bonneville ainsi décorée, il parcourt Dakar et sa région. La rage au cœur. Les yeux fixés sur « L’Ancerville », paque- bot blanc en partance pour la France et sur Anta, sa bien-aimée. Tous les deux rêvent de Dakar-Paris, aventures autrement plus folles que le Paris-Dakar. Mais ce n’est pas dans le sable qu’ils s’enliseront mais dans leurs rêves.

3# DJ-SET

23h30

La Classe Internationale (groove planétaire)

Restauration et buvette sur place.

ENTRÉE par la Rue des Ormes Saint-Victor

GOLDEN GLOVES + ENTRE TU & VOUS – 17/05/18

GLODEN GLOVES de Gilles Groulx

Canada|1961|27 minutes| 16mm|noir et blanc

Plus qu’un film sur la boxe, ce court métrage de Gilles Groulx est une peinture d’un milieu social. Un milieu où Noirs, Blancs, anglophones et francophones sont dans la même misère et où l’on voit dans la boxe un moyen de se sortir de sa condition sociale.

ENTRE TU ET VOUS de Gilles Groulx

Canada|1969|64 minutes| 16mm|noir et blanc

Ce long métrage de fiction est une chronique de la vie quotidienne, un portrait de la dépendance de l’individu à l’égard de la société de consommation, dans la mesure où elle réduit l’humain et le dégrade par ses structures mêmes, et qui doit, selon Gilles Groulx, être contestée et transformée. Tourné dans un contexte socio-économique datant de 1969, ce film ne nous offre point d’histoire avec épisodes et intrigue, mais une série de sept séquences retraçant la vie d’un couple et sa dissolution progressive dans un univers où la séduction joue sans cesse.

Né à Montréal en 1931, disparu à l’âge de 63 ans, Gilles Groulx laisse une œuvre esthétiquement forte et exigeante, politiquement engagée et subversive, mais toujours bien ancrée dans la réalité, c’est-à- dire proche des préoccupations et des aspirations des travailleurs, des gens ordinaires et du peuple. Au sein de l’Office National du Film canadien, ses films ont contribué à l’émergence du cinéma québécois.

En présence d’un intervenant (sous réserve).

20h au 108 Rue de Bourgogne – Orléans
Entrée Libre

LES CHEMINANTS – 10/04/18

 20h – Au 108

de Carole Contant

Soirée en présence de la réalisatrice

France|2016|48 minutes| super 8 vidéo|couleur- noir & blanc

Les Cheminants, sont des êtres en constante métamorphose, physique, culturelle, spirituelle, depuis qu’ils ont été «appelés» par la danse. La cinéaste Carole Contant a connu cet appel impérieux. Elle partage aujourd’hui cette expérience avec trois autres cheminants, trois danseurs chorégraphes, Yaïr Bar.

20h au 108 rue de Bourgogne – Orléans

Entrée Libre

RESTITUTION DE LA RÉSIDENCE DE GAËL LÉPINGLE – 24/02/18

SAMEDI 24 FÉVRIER 

17h30 . Théâtre des Longues Allées

En présence du réalisateur

90 minutes environ

Gaël Lépingle nous présentera des extraits de ses rushes et échangera avec le public sur la question: «filmer la banlieue», autour du court métrage de Maurice Pialat, L’Amour existe.

Gaël Lépingle a été accueilli en résidence de création à Cent Soleils début 2017 pour l’écriture de Seuls les pirates, un long métrage en cours de réalisation.

Le tournage de son film a été effectué en grande partie sur la commune de Saint-Jean-de-Braye.

Théâtre des Longues 
Allées Rue Mondésir - Avenue Louis-Joseph-Soulas 
Saint-Jean-de-Braye 
02 38 86 39 39 

Entrée Libre

LETTRE À LA PRISON – 15/02/18

de MARC  SCIALOM

JEUDI 15 FÉVRIER à 20h

Le 108

Soirée en présence du réalisateur

France|1969|70 minutes| 35 mm|noir & blanc

En 1970, un jeune Tunisien débarque pour la première fois de sa vie en France, où il est chargé par sa famille de porter secours à son frère aîné, accusé à tort d’un meurtre et emprisonné à Paris.

Il fait d’abord halte à Marseille. Là, il rencontre des Tunisiens étrangement différents de ceux qu’il croisait en Tunisie, des Français qui lui paraissent énigmatiques et une ambiance générale assez inquiétante à ses yeux pour le faire douter peu à peu de ce dont il était sûr, c’est-à-dire de l’innocence de son frère, de sa propre innocence, de sa propre intégrité mentale.

Réalisé en 1969, abandonné, oublié, puis retrouvé 40 ans plus tard, ce film est un témoin inégalé de l’histoire de l’immigration en France: un film de fiction ayant valeur de documentaire, réalisé par un émigré (exilé) entre Tunisie et France.

20h, au 108 rue de Bourgogne, Orléans

Entrée Libre